Créations · 24 avril 2017, 07:17

À hauteur de main

VdF, 2016

Endri Dani a d’abord suivi une formation de peintre qui, de son propre aveu, continue d’influer sur ses travaux de photographe et vidéaste. De sa première visite en décembre 2016 à Vent des Forêts, est née en lui l’idée d’un court métrage.

Ce qui a marqué cet artiste, qui vit et travaille à Tirana, en Albanie, c’est cette faille temporelle qui semble exister parfois entre le mode de vie de certains habitants des territoires ruraux et ce monde à la technologie omniprésente et sans cesse renouvelée des grandes villes. Il y a ici, dans les petites communes, des gens qui travaillent la terre avec peu d’outils, qui ont encore ce lien direct entre l’esprit et la main. Une main qui touche la terre, les outils simples, qui s’use et porte les stigmates du travail.

Les mains seront les personnages centraux du film d’Endri Dani. Celles, tout d’abord, d’une femme âgée du village, d’une travailleuse. Les mains sont un marqueur social fort, mais elles sont surtout les témoins d’une histoire personnelle. Elles sont matières à fiction, à récit. Endri Dani s’inspire, pour ce travail, du livre de Richard Sennett, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat (The Craftsman, 2008).

Endri Dani est né en 1987 à Shkodra (Albanie), il vit et travaille à Tirana (Albanie).

Il viendra tourner ce film en 2017 à Fresnes-au-Mont.

L’œuvre sera réalisée avec l’aide des bénévoles de Vent des Forêts.