Créations · 12 mai 2017, 08:15

Œuvres 2017 : Nøne Futbol Club marque au fer

Stine Hansen, 2009

Nøne Futbol Club, 2010

Nøne Futbol Club, 2011

Nøne Futbol Club, 2017

Nøne Futbol Club, 2017

Au début, il s’agit d’un slogan écrit sur un mur du quartier anarchiste d’Exarcheia à Athènes lors des manifestations de 2008 : « Keep Warm burnout the rich » (Restez chaud, brûlez les riches).
Nøne Futbol Club, dont le travail associe souvent un message politique à des décalages chargés de dérision, a imaginé l’utilisation de ce slogan pour la création d’une œuvre éponyme.

Work nº054-1 : Keep warm burnout the rich (mobile) sera, en 2010, la première itération d’une série où la phrase sera sortie de son contexte et mise en forme comme un fer à marquer le bétail géant.
La version de 2011, sera, quant-à-elle, sous-titrée stabile (en référence aux œuvres du sculpteur américain, Calder), car, contrairement au premier opus, ses dimensions (200 x 160 x 300 cm) l’empêchent d’être portée. En 2017, le collectif a ajouté fragile à la série. Une version de l’œuvre où les lettres ne sont plus en métal, mais reformées à l’aide de néons rouges.

Pour Vent des Forêts, Nøne Futbol Club réalise, avec l’aide du lycée professionnel Ligier Richier de Bar-le-Duc (voir cet article) et la chaudronnerie Rennesson de Saint-Mihiel, une nouvelle version monumentale, plus de 5m de haut, entièrement métallique.

Reproduisant encore une nouvelle version de cette tautologie, il s’agit bien de répéter ce cri de ralliement à la manière d’une réclame insistante.

Une œuvre qui sera à découvrir à l’inauguration, le 14 juillet 2017.

Nøne Futbol Club est un duo d’artistes créé en 2009, ils vivent et travaillent à Paris.

Le processus de création des œuvres a débuté, auprès des écoles, des artisans et entreprises partenaires en octobre 2016.
Inauguration des œuvres prévue le week-end du 14 juillet.

L’œuvre est réalisée avec le soutien des élèves en spécialisation Technicien Soudage du lycée professionnel Ligier Richier (Bar-le-Duc, 55), de la Chaudronnerie Rennesson (Saint-Mihiel, 55) et avec l’aide des bénévoles de Vent des Forêts.